Le Club
Multisport
Nature

Accueil du site > Activités diverses et variées > Michel et José...cap sur les pyrénées

Michel et José...cap sur les pyrénées

mercredi 9 juin 2010, par Fab

Mardi 02 Juin 2009

RANDONNÉE. Deux membres de l’ASPB Bergerac s’apprêtent à traverser les Pyrénées d’ouest en est Six semaines à dormir la tête dans les sommets

Michel Verrat et José Leroy sont fin prêts, sous l’oeil du président du club. (photo émilie Drouinaud) Pour José et Michel, l’aventure commencera le 15 juin, et devrait durer 45 jours. Les Pyrénées d’ouest en est, d’Hendaye à Banyuls, le long des lignes de crêtes, en passant par les hauts lieux du pyrénéisme que sont Gavarnie, la Pierre-Saint-Martin ou encore le Canigou. Entre 8 et 9 heures de marche par jour, des paysages inoubliables... Et dire que certains préfèrent passer leurs vacances à lézarder sur la plage ! Ça fait cinq ans que Michel Verrat, membre de l’Association sportive de la Poudrerie de B ergerac, attend ce moment : « Beaucoup partent sur le tracé du HRP (Haute randonnée pyrénéenne) pour prendre du recul, se retrouver seul face à la nature... Pour moi, c’est aussi un défi sportif, avec une large place pour le plaisir. » Alors, que le GR 10 en France et le GR 11 en Espagne sont des parcours qui se situent en moyenne montagne, le HRP est un itinéraire de haute montagne. « Le circuit n’est pas balisé, alors il faut savoir naviguer en montagne. Ce n’est pas à faire sans un minimum d’entraînement et de connaissances. » Un sommet de la rando Le livre de chevet de Michel, depuis des mois, c’est l’ouvrage de Georges Veron, un marcheur d’exception qui a cartographié le tracé en 41 étapes. Michel, du haut de ses 61 ans, est un amoureux des Pyrénées qui connaît bien son affaire : « Pour moi, il existe mille et une manières de traverser les Pyrénées. Avec le circuit HRP, on est entre 2 500 et 3 000 mètres d’altitude, on ne redescend jamais dans la vallée... Ça s’apparente à de la randonnée alpine, avec des passages difficiles. On part d’ailleurs avec un équipement de montagne : piolets, crampons, cordes... Le sac devra faire moins de 16 kg, alors on n’emmène vraiment que le minimum. » Par exemple, la tente de nos deux marcheurs fait 1,4 kg, et elle est tellement étroite qu’il faut dormir tête-bêche. « Depuis le temps que je me promène dans les Pyrénées, je voyais le tracé du HRP sur les cartes, et je me disais que ça devait vraiment être un sommet », s’enthousiasme Michel. Un Graal que seul une centaine d’élus par an ont l’honneur de parcourir. Pas de GPS Ce n’est pas par esprit de rébellion, mais José et Michel n’emporteront pas de GPS. « Moi, je préfère la boussole et l’altimètre », reconnaît même José. Policier à la retraite, lui aussi voulait partir depuis plusieurs années : « Cet hiver, l’enneigement a été tout à fait exceptionnel. J’ai fait des repérages il y a quelques jours, et il reste encore beaucoup de neige. La nuit, la température descendra en dessous de zéro, alors qu’en journée, elle pourra atteindre 28 degrés... » Certains soirs, les refuges de haute montagne seront les bienvenus ! Mais pour le ravitaillement, pas question de redescendre dans la vallée. Ce sont des membres du club de montagne de Bergerac qui se relayeront pour leur déposer des rations tous les cinq jours. Connaître son partenaire « Il faut être endurant, ne pas avoir peur de se serrer la ceinture, et puis surtout partir avec quelqu’un avec qui on s’entend bien, et qui est prêt, mentalement, à ne pas croiser grand monde pendant un mois et demi. » C’est vrai qu’à part les isards et les marmottes, José et Michel ne s’attendent pas à trouver la foule. Pour Michel, la plus belle chose qui pourrait leur arriver serait d’apercevoir un ours sur une crête, « d’autant plus qu’on va passer du côté espagnol, mais ce genre de rencontres reste très rare ». Et la famille, dans tout ça ? Michel ironise : « Ma femme me laisse partir avec pas mal de réticence. Elle m’a acheté un téléphone portable, alors je lui ai dit qu’en cas de pépin, elle serait la première au courant... C’est vrai que c’est une sécurité en montagne. » Pour les autres, cela fait pas mal d’envieux qui vont suivre ce périple sur le site Internet de la Fédération française de montagne. Auteur : Arnauld bernard sec.bergerac@sudouest.com

SPIP
Accueil Espace Aventure 24

Ce qui est simple est toujours faux. Ce qui ne l'est pas est inutilisable. Paul Valéry (Mauvaises pensées)